Droits de l'Homme

Déclaration de la Délégation algérienne 35ème session du Conseil des Droits de l’Homme Réunion-débat sur la réalisation du droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible grâce au renforcement des capacités en m

Monsieur le Président ;

Ma délégation s’associe aux déclarations prononcées au nom de ses groupes d’appartenance, et remercie l’ensemble des panelistes pour la qualité de leurs interventions.Ma délégation se félicite de l’organisation de ce Panel conformément à la résolution 32/16 du CDH dont l’Algérie fait partie du core groupe.

La santé constitue une priorité de la politique nationale de l’Algérieet cela depuis l’indépendance.La politique de santé publique en Algérie se décline à travers :

- L’instauration depuis 1974, de l’accès gratuit à tous pour toutes les prestations délivrées par les structures publiques de santéau plan préventif et curatif.

- La mise en œuvre de plans de développement sanitaire afin de réduire l’éloignement géographique par notamment la multiplication de santé de proximité.

- Au coté dusecteur publicqui est conçu d’une manière à garantir l’action de l’Etat comme acteur principal en matière de santé, le secteur privé bénéficie d’une place de plus en plus importante.

- La mise en place d’un système de protection de la société qui conforte l’accès universel basé sur la justice sociale et la solidarité nationale et qui permet à plus de 80% de la population de bénéficier de la sécurité sociale et qui se poursuit en vue de sa généralisation. Les dépenses de soins des démunis et non assurés sociaux sont prises en charge par l’Etat.

- Le développement d’une politique industrielle du médicament.Une politique nationale du médicament axée sur le générique au plan de l’investissement et de l’importation, a été mise en place depuis 2006. Tous les médicaments et actes préventifs restent à l’entière charge de l’Etat.

La couverture sanitaire comporte actuellement en terme d’infrastructures763 établissements tous types confondus ou exercent 42.186 médecins, 1789 pharmaciens et 138.376 paramédicaux. Le budget total alloué au secteur pour l’année 2016 avoisine les quatre milliards de dollars(379.407.269.000 DA).

Les réalisations en matière de santé en Algérie ont été salués par plusieurs instances internationales, entre autres, l’OMS et le Rapporteur spécial sur le droit à la santé qui a effectué une visite en Algérie en avril-mai 2016.

L’Algérie s’est engagée dans un processus de réformes visant à améliorer davantage la qualité des services de santé et à renforcer le système de santé pour faire face aux nouveaux défis du programme de développement durable 2030, avec pour principe inaliénable de garantir l’équité et l’égalité en matière d’accès aux soins.

Je vous remercie.