Droits de l'Homme

Déclaration de la Délégation algérienne 35ème session du Conseil des Droits de l’Homme Point 8 : de l’ordre du jour Débat général Genève, le 19 juin 2017

Monsieur le Président,

La Déclaration et Programme d’action de Vienne constituent une réaffirmation incontestable de l’engagement de la communauté internationale pour promouvoir et protéger tous les droits de l’homme civils et politiques, mais également économiques, sociaux et culturels. La Déclaration de Vienne a confirmé que tous les droits sont indivisibles et interdépendants, chaque droit contribue à la jouissance de l’autre.

Le droit fondamental de tous les peuples à disposer d’eux-mêmes est bel et bien consacré dans la Déclaration de Vienne et dans d’autres textes pertinents de l’Assemblée Générale et du Conseil de Sécurité. Cependant le peuple du Sahara Occidental attend toujours la concrétisation de ce droit qui lui a été reconnu et confirmé, notamment à travers la reconnaissance du statut de territoire non-autonome par les Nations Unies et à travers l’avis de la Cour internationale de justice. Le blocage imposé par l’occupant marocain entrave, malheureusement, toute initiative devant permettre au Peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination conformément aux résolutions et décisions onusiennes en la matière.

En attendant la réalisation de ce droit pour le peuple sahraoui, il incombe à la communauté internationale en général, et en particulier à notre Conseil et au HCDH de redoubler d'efforts afin d’assurer la protection adéquate au peuple sahraoui et de dénoncer les violations systématiques et quotidiennes des droits de l’homme de ce peuple commises par le Maroc, comme c’est le cas par exemple de l’affaire de  Gdim Izik qui atteste autant de la violence des forces policières marocaines que de l’instrumentalisation de la justice de ce pays contre la population sahraouie. L’Algérie réitère, dans ce cadre, son soutien à la décision du Haut-commissaire de relancer les missions techniques de défense des droits de l'homme au Sahara occidental, ainsi qu’à toute démarche visant à placer les droits de l’homme au centre des opérations de maintien de la paix.

L’Algérie est engagée au profit de la cause juste du peuple sahraoui. Un engagement qui est pleinement assumé conformément à la légalité et à la légitimité internationales. Pour ce qui concerne les camps des réfugiés près de Tindouf, il convient de rappeler que le HCDH a organisé une visite en 2015 et a pu constater l’importance accordée à la promotion et la protection des droits de l’homme dans ces camps. Bien plus, de nombreuses agences des Nations-Unies tels que le HCR, le PAM et l’UNICEF, ainsi que le CICR et nombre d’ONGs sont présents dans lesdits camps des réfugiés et toutes ces organisations témoignent régulièrement de leur grande satisfaction de la situation générale des droits de l’homme dans ces camps.

 

Merci Monsieur le Président.