Aucune image

Questions techniques

64ème session de l’Assemblée mondiale de la santé, Genève 16 - 24 mai 2011, déclaration de S.E.M Idriss Jazaïry point 13.1 : Préparation en cas de grippe pandémique : Échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages.

 

Organisation mondiale de la santé

64ème session de l’Assemblée mondiale de la santé

Genève, 16 - 24 mai 2011

******************************

Déclaration d’Idriss Jazaïry,

Ambassadeur, Représentant permanent

sur le point 13.1 : Préparation en cas de grippe pandémique : Échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages.

 

Monsieur le Président,

Ma délégation fait sienne la déclaration prononcée par le Zimbabwe au nom des 46 États Membres de la Région africaine sur le point 13.1 de l’ordre du jour relatif à la préparation en cas de grippe pandémique.

L’Algérie se félicite du compromis sur un instrument juridique contraignant sur le transfert de matériel,intervenu lors des travaux de la troisième réunion du « Groupe de travail d’États Membres à composition non limitée sur la préparation en cas de grippe pandémique : Échange des virus grippaux et accès aux vaccins et autres avantages ».

Nous avons apprécié les consultations informelles engagés par le Groupe de travail avec l’industrie, la société civile et d’autres parties prenantes pendant la période intersession pour assurer une meilleure riposte mondiale en cas de grippe pandémique. En conséquence, nous accueillons favorablement son rapport présenté à ladite Assemblée. 

La sécurité sanitaire mondiale et la solidarité en temps de pandémie sont essentielles. L’Algérie se félicite de ce Cadre qui définit une approche mondiale beaucoup plus cohérente et unifiée en cas de grippe pandémique. Cette approche permettra de garantir que les virus grippaux seront disponibles dans le système de l’OMS pour la mise au point des vaccins et des médicaments antiviraux. Elle sera en outre de nature à promouvoir un accès plus équitable à ces moyens dans les pays en développementen vue de renforcer la protection contre la grippe pandémique.

Monsieur le Président,

Madame le Directeur général de l’OMS,

Honorables délégués,

Au cours d’une flambée de grippe, il est crucial de connaître la composition exacte du virus. C’est ainsi qu’il deviendra possible de surveiller la propagation de la maladie, d’établir son potentiel pandémique et de produire les vaccins indispensables. Pourtant, les pays en développement n’ont souvent qu’un accès limité aux vaccins pour plusieurs raisons : Ils disposent rarement de leurs propres capacités de fabrication et l’approvisionnement mondial peut être limité en cas d’augmentation brutale de la demande au cours d’une pandémie. Par conséquent,  les vaccins peuvent fréquemment atteindre des prix inabordables pour certains pays en développement, notamment les pays les moins avancés.

Pour parvenir à accroître la capacité mondiale de production du vaccin antigrippal, les droits de propriété intellectuelle ne devraient pas constituer une entrave à l’accès aux vaccins et aux antiviraux en cas de grippe pandémique. Si les droits de propriété intellectuelle sont obtenus sur des inventions dérivées de l’utilisation de matériels, le détenteur de ces droits devrait accorder à l’OMS une licence non exclusive, libre de redevance et pouvant faire l’objet de sous-licences accordées par l’OMS aux pays en développement intéressés. Ceci permettra d’accroître dans toute la mesure du possible la mise à disposition, sur une base non lucrative, d’avantage essentiels, tels que des vaccins et des antiviraux, dans le but de confronter la grippe pandémique.

Les États Membres en collaboration avec l’OMS devraient contribuer à la mise en place d’un système multilatéral et équitable de partage des avantages pour la préparation en cas de grippe pandémique. Il est nécessaire de renforcer à ce titre la capacité des pays en développement dans divers domaines. Au nombre de ceux-ci figurent les laboratoires et les moyens de surveillance de la pandémie, d’évaluation des risques et de production de matériel de diagnostic de la grippe, de vaccins et de produits pharmaceutiques antigrippaux.

Il faut tirer les enseignements du passé sur la gestion de la grippe A/H1N1. Ils nous démontrent que le financement actuel assuré, entre autres, par les États Membres, les organisations internationales, les banques de développement, les organisations philanthropiques,  le secteur privé, les ONG et les personnes privées est insuffisant. Il ne permet point de prendre en charge efficacement plusieurs éléments du système de partage des avantages en cas de grippe pandémique. Nous saluons donc l’évaluation réalisée par l’OMS qui propose des options pour établir des mécanismes de financement durables et innovants dotés de moyens financiers prévisibles. Ces moyens devraient fournir des fonds suffisants en temps opportun pour assurer le bon fonctionnement du système de partage des avantages au profit notamment des pays en développement.

Monsieur le Président,

Nous invitons le Directeur général à continuer à collaborer étroitement avec les États Membres et avec les fabricants de vaccins antigrippaux. Le but de la collaboration souhaitée est d’assurer la mise en œuvre du Plan d’action mondial de l’OMS contre la grippe pandémique en accroissant l’approvisionnement en vaccins. Nous mettons l’accent en particulier sur les stratégies du Plan d’action visant à construire de nouvelles unités de production dans les pays en développement.

Le renforcement des capacités par le transfert de technologie, de compétence et de savoir-faire demeure primordial pour accroitre la capacité mondiale de production des vaccins antigrippaux et pour répondre efficacementaux futures pandémies de grippe à l’échelle mondiale.

Je vous remercie de votre aimable attention.